Le spiritisme, un chemin vers la spiritualité.

Le spiritisme est avant tout une doctrine philosophique fondée sur la croyance à l'existence des Esprits et à leurs manifestations qui naquit en 1857 avec la publication du "Livre des Esprits" signé par le Français Allan Kardec, de son vrai nom Hippolyte Léon Denizard Rivail.
Le spiritisme, doctrine des Esprits fonde sa croyance sur la possibilité d'une communication entre morts et vivants à l'aide d'un intermédiaire : le médium.

Les origines du spiritisme moderne dit spiritisme expérimental voit officiellement le jour, au stade expérimental, le 31 mars 1848 à Hydesville dans l'état de New-York, avec le cas des soeurs Fox qui étaient dotées de facultés médiumniques particulières.

 

L'étendue du spiritisme :

Le spiritisme à perdu durant le première moitié du 20ème Siècle l'intérêt du public et de la communauté scientifique, peut-être en partie du aux guerres dont nos ayeuls portaient plus d'intérêts "ce qui je dois le dire, est tout à fait compréhensible", et voilà que maintenant il y à un revirement de situation envers cette état d'esprit qu'est le spiritisme, car il faut bien le dire, le spiritisme est avant tout un état d'esprit vers une quête spirituelle et philosophique, un moyen pour les vivants du monde matériel de communiquer avec les vivants du monde spirituel, et oui pour ceux que celà interresse ils auront surement lu quelques part une phrase du genre "je ne meurt pas, maintenant je vais vivre" ou "je ne suis pas mort, je vis". Il y a deux mondes, le notre ancrer sur la matière grossière, celle qui nous fait voir juste ce qu'il y a sous notre nez et qui nous pousse à croire juste ce que l'on voit ou que l'on nous démontre par des procédés scientifiques, et la matière beaucoup plus fluide, plus subtile ou "fluide universel" comme on pourrait l'appeler qui supprime le bouclier de matière pour ne plus donner aucune limite, comme si tout devenait plus clair plus précis, comme si l'intelligence et l'apprentissage n'avaient pas de limites.

Pour connecté ces deux mondes il faut un élément intermédiaire, tout comme pour que nous puissions parlé entre individu d'un continent à l'autre par le biais du téléphone, il nous faut un fil, et bien là, le fil c'est le médium, c'est lui qui va créer le pont entre les deux mondes "d'ailleurs le mot médium signifie intermédiaire", c'est la passerelle vers d'autres horizons que nous ne pouvons même pas soupçonner, même dans nos rêves les plus fou, et pourtant des médiums vivent ces expériences de connection avec des entités spirituelle lors de scéances sérieuses avec pour but l'apprentissage, le savoir et non la dérision "quand je dis médium, je parle de véritable sensitif et non pas de charlatant pour qui le seul profit est l'argent", ils aident aussi les familles de défunt à faire leur deuil, à les rassurer et pour certains à les guider vers cette état d'esprit, car il arrive qu'après le décès d'une personne "en général, quand la personne est décéder d'une mort violente ou dut à une maladie grave" l'esprit du défunt essaie de communiquer avec ceux qui l'ont accompagné dans sa vie, femme, mari, enfant ou ami(e)s, il y a véritablement un grand nombre de cas ou des personnes ont été témoins de manifestations inexplicable durant une période de leur vie et qui ont chercher à savoir les raisons, comme dans les cas de maisons hantés si populaires dans certaines revues ou dans des faits divers troublants, en particulier comme je l'ai expliquer précédemment lorsqu'il y a eu une mort violente dans un lieu. Peut-être un Esprit tourmenté qui n'a pas eu le temps d'accomplir sa tâche ou qui souhaite communiquer avec les occupants de ce lieu. "Vous comprendrez mieux ce que je vous explique en lisant le récit suivant sur les soeurs Fox et en lisant les livres "Le livre des Esprits et Le livre des mediums d'Allan Kardec". Nous sommes loins d'imaginer ce qui se passe autour de nous.

 

Le père du spiritisme expérimental :

Cliquez pour agrandir l'image

H-L Rivail est né à Lyon en 1804. On aurait cru que comme tous les membres de sa famille, il serait entré au barreau ou dans la magistrature. Mais il n'en fut rien. Dès sa première jeunesse, il se sentit attiré vers les sciences et la philosophie. Il fit ses premières études à Lyon, puis il complèta son bagage scolaire à Yverdun (Suisse) auprès du célèbre professeur "Pestallozi", dont il devient bientôt le collaborateur intelligent et dévoué. Il avait son diplôme de professeur et celui de docteur en médecine. Plus tard il s'installa à Paris et fonda un institut semblable à celui d'Yverdun. Des revers de fortune l'obligèrent à un travail opiniâtre ; il dut donner des leçons, tenir des comptabilités.
Travailleur infatiguable, il fit dès cette époque de nombreux livres d'études qui furent très remarqués.

C'est en 1854 que Rivail entendit parler pour la première fois des tables tournantes. Sollicité par des amis d'assister à des séances, il ne s'y refusa pas et commença à s'y intéresser vivement. Il reçut un jour ue communication d'un Esprit protecteur qui lui disait entre autre l'avoir connu dans une existence précédente, alors qu'au temps des druides, ils vivaient ensemble dans les Gaules ; il s'appelait alors "Allan Kardec", et il lui promit de le seconder dans la tâche importante qui lui était assignée.

Les renseignements recueillis par Rivail au cours des séances furent réunis en un livre "le livre des Esprits" qu'il signa sous le nom d'Allan Kardec.
En 1858 il créa un journal "la revue spirite".
Sa tâche ne fut pas des plus simples, en proie à toutes les calomnies, au ridicule dont on voulait le couvrir il avança courageusement et se mit en rapport avec tous les spirites du monde entier et réunissant toutes les communications reçues, il publia successivement : "le livre des médiums", "l'Evangile", "la Genèse", "le ciel et l'enfer", qui sont restés les livres fondamentaux du spiritisme.

Atteint d'une maladie au coeur, Allan Kardec mourut le 31 mars 1869 à l'âge de 65 ans.

Ayons de la reconnaissance pour celui qui bravant les risées, le ridicule, sut sacrifié toute sa vie pour le triomphe d'une si belle idée : prouver que les morts vivent au-delà du tombeau.

C'est pour celà que je vous invite à vous procurer ces recueilles, la lecture de ces ouvrages m'a ouvert les yeux vers un autre monde, une façon de penser, de voir ce qui m'entoure bien différente.

 

Les soeurs Fox :

Cliquez pour agrandir l'image


Dans le petit bourg d'Hydesville aux Etats-Unis, un petit pavillon renferme des phénomènes étranges  et des manifestations inquiétantes qui contraint les habitants à déménager. La maison resta longtemps inhabité en raison de sa sinistre réputation jusqu'en 1847, année ou la famille Fox la loua. D'origine allemande, la famille s'y installa, le père John, sa femme et leurs deux fille, Kate et Margaret. Les phénomènes qui entre temps avaient cessé recommencèrent : bruits sourds se produisant régulièrement et en rythme chaque nuit, coups résonnant dans les meubles et les murs. Les deux adolescentes de 11 et 15 ans furent les premières à s'en apercevoir et, effrayés, demandèrent à leurs parents la permission de dormir près d'eux. Les jours suivants, les coups augmentèrent d'intensité, au point que le père et la mère non seulement constatèrent leur existence, mais décidèrent également leurs voisins de la situation, avant de s'adresser enfin aux autorités religieuses.

La nuit du 31 mars 1848 marqua le début, dans l'histoire du spiritisme, du premier dialogue direct avec de présumées entités. Les deux soeurs furent réveillées par des coups mystérieux, semblables à de sonores claquements de doigts. L'impensable se produisit, au lieu de céder à la panique, elles réagirent positivement à ces circonstances étranges qui faisaient désormais partie intégrante de leur existence. Kate se rendit soudainement compte que quelque chose d'extraordinaire était en train d'arriver, et qu'elle et sa soeur se trouvaient justement au coeur de toute cette énigme. La jeune fille entreprit intuitivement de répondre en adoptant le même système et commença à claquer des doigts pour voir si ces forces inconnues étaient en mesure de se manifester de nouveau. Tel fut le cas. Chaque fois que Kate produisait ce son spécifique, elle obtenait dans l'instant une réponse sous la forme de coups frappés. Elle interpréta ces signes comme l'oeuvre délibérer d'Esprits désincarnés qui tentaient de prendre contact de manière à communiquer avec les vivants.

 

Les médiums et la médiumnité :

Dans le contexte du spiritisme expérimental, le médium doit être comme un intermédiaire entre le monde physique et le monde spirituel. Souvent il ne sollicite pas ce rôle. Il est choisi. Citons quelques cas médiumnique littéraire :

Le mystère d'Edwind Drood, le dernier romman que Dickens avait laissé inachevé à sa mort (1870) et qu'un jeune mécanicien, James, termina sous sa dictée posthume, en un manuscrit de 1 200 feuillets représentant un volume de 400 pages qui fut publié chez W. Bryan à Springfield, Massachussets.

Le cas extraordinaire de cette ménagère américaine de Saint-Louis dans l'Illinois, Mme John Curran, qui transcrivit médiumniquement toute une série de romans historiques, un drame, et surtout un poème lyrique de 60 000 mots, intitulé Telka en dialecte anglo-saxon qui lui fut dicté par la personnalité féminine, Patience Worth, qui déclarait être née au XVIIè Siècle dans le Dorsetshire, en Angleterre.

Il faut mentionner le prodigieux médium Brésilien Francisco Candido Xavier, familièrement Chico Xavier, qui à ce jour à publié près de cent livres d'auteurs désincarnés parmi lesquels trois cent cinquante poètes ....

 

 

Sous-pages :

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×